Si des progrès globaux ont été accomplis en matière de transition numérique, de nouveaux efforts sont nécessaires à l'échelle de l'UE ...

La Commission a publié ce 12 novembre 2021les données fournies par l'indice relatif à l'économie et à la société numériques (DESI) pour 2021, qui mesure les progrès accomplis par les États membres de l'UE en matière de compétitivité numérique dans les domaines du capital humain, de la connectivité à haut débit, de l'intégration des technologies numériques par les entreprises et des services public numériques.

Tous les États membres de l'UE ont progressé en matière de numérisation, mais les situations individuelles sont contrastées et, malgré une certaine convergence, l'écart entre les pays les plus avancés de l'UE et ceux ayant obtenu les scores les plus faibles dans le DESI reste important. Malgré les améliorations, tous les États membres devront déployer des efforts concertés pour atteindre les objectifs fixés pour 2030 dans le cadre de la décennie numérique de l'Europe.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive pour une Europe adaptée à l'ère du numérique, a déclaré: «Le message du DESI de cette année est positif. Tous les pays de l'UE ont progressé vers plus de numérique et plus de compétitivité, mais il est possible de faire davantage. Nous travaillons donc avec les États membres pour faire en sorte que les investissements essentiels soient réalisés par l'intermédiaire de la facilité pour la reprise et la résilience, afin d'offrir les meilleures opportunités numériques à tous les citoyens et à toutes les entreprises.»

Thierry Breton, commissaire au marché intérieur, a ajouté, pour sa part: «La fixation d'objectifs pour 2030 a constitué une étape importante, mais nous devons maintenant atteindre ces objectifs.. Le DESI publié aujourd'hui montre des progrès, mais il fait aussi ressortir les domaines dans lesquels nous devons mieux agir collectivement pour faire en sorte que les citoyens et les entreprises de l'Union européenne, en particulier les PME, puissent avoir accès à des technologies de pointe qui rendront leur vie meilleure, plus sûre et plus verte, et les utiliser.»

Le DESI 2021 a été adapté pour prendre en compte des initiatives politiques majeures, dont «Une boussole numérique pour 2030: l'Europe balise la décennie numérique», qui expose l'ambition de l'Europe en matière numérique, en présentant une vision pour la transformation numérique et des objectifs concrets pour 2030 sur les quatre axes principaux: les compétences, les infrastructures et la transformation numérique des entreprises et des services publics.

La «voie à suivre pour la décennie numérique», le programme d'action adopté en septembre 2021, a défini une nouvelle forme de gouvernance avec les États membres, mettant en place un mécanisme de coopération annuelle entre les institutions de l'UE et les États membres pour faire en sorte qu'ils atteignent ensemble leurs ambitions. La «voie à suivre pour la décennie numérique» fait du DESI l'instrument de suivi des objectifs de la décennie numérique. Par conséquent, les indicateurs DESI sont désormais structurés autour des 4 axes principaux de la boussole numérique.

Dans le cadre de la Facilité pour la reprise et la résilience (FRR) les États membres de l'UE se sont engagés à consacrer au numérique au moins 20 % de leurs enveloppes nationales au titre du plan pour la reprise et la résilience et, jusqu'à présent, ils atteignent ou dépassent largement cet objectif. Les rapports DESI par pays contiennent une vue d'ensemble des investissements et réformes numériques prévus dans les plans nationaux pour la reprise et la résilience, et ce pour les 22 plans que le Conseil a déjà adoptés.

DESI 2021

L'indice relatif à l'économie et à la société numériques (DESI) annuel permet de mesurer les progrès accomplis par les États membres de l'UE vers l'établissement d'une économie et d'une société numériques, sur la base des données d'Eurostat ainsi que d'études et de méthodes de collecte spécialisées. Il aide les États membres de l'UE à identifier les domaines dans lesquels il convient d'investir et d'agir de façon ciblée. Le DESI est également l'outil essentiel pour analyser les aspects numériques dans le cadre du Semestre européen.

Dotée d'un budget de 723,8 milliards d'euros, la Facilité pour la reprise et la résilience (FRR), adoptée en février 2021, est le programme le plus important au titre de NextGenerationEU.

Le rapport DESI 2021 présente des données du premier ou du deuxième trimestres de 2020 pour la plupart, et donne un aperçu des principales évolutions de l'économie et de la société numériques au cours de la première année de la pandémie de COVID-19. Toutefois, les effets de la pandémie de COVID-19 sur l'utilisation et la fourniture de services numériques et les résultats des mesures mises en œuvre depuis lors ne sont pas pris en compte dans les données et seront plus visibles dans l'édition 2022.

Principales conclusions dans les 4 domaines


  • Capital humain

56 % de la population européenne possède au moins les compétences de base. Les données font ressortir une légère augmentation du nombre de spécialistes des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans la population active: en 2020, l'UE comptait 8.4 millions de spécialistes des TIC, contre 7.8 millions l'année précédente. Étant donné que 55 % des entreprises ont fait état de difficultés à recruter des spécialistes des TIC en 2020, ce manque de personnel disposant de compétences numériques avancées contribue aussi à la lenteur de la transformation numérique des entreprises dans de nombreux États membres. Les données pointent clairement le besoin de renforcer l'offre et les possibilités de formation afin d'atteindre les objectifs de la décennie numérique en matière de compétences, à savoir que 80 % de la population possède les compétences numériques de base et qu'il y ait 20 millions de spécialistes des TIC sur le marché de l'emploi. Des progrès importants sont attendus dans les prochaines années, en partie parce que 17 % des investissements numériques prévus dans les plans pour la reprise et la résilience qui ont été adoptés jusqu'à présent par le Conseil concernent les compétences numériques (environ 20 milliards d'euros sur un total de 117 milliards).

La Commission a également publié aujourd'hui son tableau de bord consacré aux femmes dans le monde numérique, qui confirme qu'il subsiste encore un écart important entre les hommes et les femmes en ce qui concerne les compétences numériques spécialisées. Seulement 19 % des spécialistes des TIC et environ un tiers des diplômés en sciences, technologies, ingénierie et mathématiques sont des femmes.

  • Connectivité

Les données sur la connectivité montrent une amélioration au niveau des «réseaux à très haute capacité» (VHCN). Il ressort notamment que ces réseaux sont disponibles dans 59 % des foyers de l'UE, contre 50 % il y a un an, ce qui est toutefois encore loin de la couverture universelle par les réseaux gigabit (objectif de la décennie numérique pour 2030). En zone rurale, le taux de couverture des VHCN est passé de 22 % en 2019 à 28 % en 2020. Par ailleurs, 25 États membres ont attribué une partie des radiofréquences du spectre 5G, contre 16 il y a un an. La 5G a été mise en exploitation commerciale dans 13 États membres, principalement dans des zones urbaines. La Commission a également publié aujourd'hui des études sur les prix du haut débit mobile et fixe en Europe 2020, la couverture en haut débit jusqu'en juin 2020, et les plans nationaux en matière de haut débit. On notera que 11 % des investissements numériques prévus dans les plans pour la reprise et la résilience qui ont été adoptés jusqu'à présent par le Conseil concernent la connectivité (environ 13 milliards d'euros sur un total de 117 milliards).

  • Intégration des technologies numériques

L'utilisation des technologies en nuage a fortement augmenté (dans 26 % des entreprises en 2020 contre 16 % en 2018). Les grandes entreprises continuent de montrer la voie dans l'utilisation des technologies numériques: par exemple, elles utilisent le partage électronique d'informations grâce à des progiciels de gestion intégrés (PGI) et à des logiciels en nuage beaucoup plus fréquemment que les PME (respectivement 80 % contre 35 % pour le PGI et 48 % contre 25 % pour le nuage). Cependant, seule une fraction des entreprises utilise des technologies numériques avancées (14 % pour les mégadonnées, 25 % pour l'IA et 26 % pour le nuage). Les données indiquent que le degré actuel d'adoption des technologies numériques est bien loin encore des objectifs de la décennie numérique; l'ambition de l'UE pour 2030 est que 90 % des PME atteignent au moins un degré élémentaire d'intensité numérique contre 60 % en 2020, et qu'au moins 75 % des entreprises utilisent des technologies numériques avancées d'ici à 2030. À l'heure actuelle, seule une fraction des entreprises utilise les mégadonnées, y compris dans plusieurs des pays les plus performants, contre un objectif de 75 %. Il est important de noter qu'environ 15 % des investissements numériques prévus dans les plans pour la reprise et la résilience qui ont été adoptés jusqu'à présent par le Conseil concernent les capacités et la recherche-développement numériques (près de 18 milliards d'euros sur un total de 117 milliards).

En complément des données figurant dans le rapport DESI, une étude sur la contribution des TIC aux actions de durabilité environnementale des entreprises de l'UE, publiée aujourd'hui, révèle que 66 % des entreprises interrogées ont déclaré utiliser des solutions TIC pour réduire leur empreinte environnementale.

  • Services publics numériques

Les données sur les services publics numériques ne font pas encore ressortir une amélioration majeure des services d'administration en ligne. Au cours de la première année de la pandémie, plusieurs États membres ont créé ou amélioré des plateformes numériques afin de fournir davantage de services en ligne. 37 % des investissements numériques prévus dans les plans pour la reprise et la résilience qui ont été adoptés par le Conseil (environ 43 milliards d'euros sur un total de 117 milliards d'euros) seront consacrés aux services publics numériques, de sorte que des améliorations significatives sont attendues dans les années à venir. La Commission a également mis à disposition l'indice de référence 2021 en matière d'administration en ligne, qui résulte d'une enquête menée auprès de citoyens de 36 pays européens concernant leur utilisation des services d'administration numérique.

Pour en savoir plus

Source : Commission Européenne, Novembre 2021


Mots clés

Articles recommandés

Digital Decade de l'Europe : des objectifs numériques pour 2030

Intelligence artificielle et règlementation : voici les réponses à des questions que vous êtes en droit de vous poser!

L’Europe face aux défis de la connectivité de demain : analyse et scénarios