Questions et réponses sur la directive révisée sur la performance énergétique des bâtiments (DPEB)

La Commission Européenne propose un éclairage pratique et exhaustif sous la forme de neuf questions et réponses.

1. Quels sont les éléments essentiels de la directive révisée sur la performance énergétique des bâtiments?

La directive révisée sur la performance énergétique des bâtiments (DPEB) met l'Europe sur la bonne voie pour parvenir à un parc immobilier entièrement décarboné d'ici à 2050 en stimulant les rénovations dans chaque État membre, en particulier pour les bâtiments les moins performants. Elle met à niveau le cadre réglementaire existant (convenu en 2018) afin de refléter une ambition climatique plus élevée associée à une action sociale et offre aux États membres la flexibilité nécessaire pour tenir compte des différences entre le parc immobilier en Europe. Elle n'impose aucune obligation de rénovation aux propriétaires individuels.

Dans le cadre renforcé, les bâtiments résidentiels et non résidentiels sont traités différemment. En ce qui concerne les bâtiments résidentiels, chaque État membre adoptera sa propre trajectoire nationale pour réduire sa consommation moyenne d'énergie primaire de 16 % d'ici à 2030 et de 20 à -22 % d'ici à 2035. Les mesures nationales devront garantir qu'au moins 55 % de la diminution de la consommation moyenne d'énergie primaire est obtenue grâce à la rénovation des bâtiments les moins performants, mais les États membres sont libres de choisir les bâtiments à cibler et les mesures à prendre.

En ce qui concerne les bâtiments non résidentiels, la directive révisée prévoit l'introduction progressive de normes minimales de performance énergétique pour rénover les 16 % de bâtiments les moins performants d'ici à 2030 et les 26 % de bâtiments les moins performants d'ici à 2033. Les États membres auront la possibilité d'exempter certaines catégories de bâtiments résidentiels et non résidentiels de ces obligations, y compris les bâtiments historiques ou les maisons de vacances.

La directive révisée fait des bâtiments à émissions nulles la nouvelle norme pour les bâtiments neufs. Tous les nouveaux bâtiments résidentiels et non résidentiels doivent avoir des émissions de combustibles fossiles nulles sur site, à compter du 1 janvier 2028 pour les bâtiments publics et du 1 janvier 2030 pour tous les autres bâtiments neufs, avec la possibilité de dérogations spécifiques.

La DPEB actualisée renforce également le cadre propice aux rénovations. Elle introduit des systèmes de «passeport de rénovation des bâtiments» dans l'ensemble de l'UE afin d'aider les propriétaires de bâtiments à planifier leurs rénovations (par étapes).

Les garanties pour les locataires sont également renforcées, étant donné que les États membres devront introduire des mesures pour faire face aux risques de «renovictions» (éviction de facto liée à une augmentation significative du loyer à la suite de travaux de rénovation). En outre, les dispositions relatives aux bases de données et à l'échange de données garantiront la fourniture de données fiables sur les bâtiments aux citoyens et aux institutions financières, afin de soutenir les rénovations.

L'amélioration de la planification est également un élément essentiel de la directive révisée. En vertu des nouvelles dispositions, les États membres établiront des plans nationaux de rénovation des bâtiments afin de définir la stratégie nationale de décarbonation du parc immobilier et la manière de lever les obstacles qui subsistent, tels que le financement, la formation et l'attraction de travailleurs plus qualifiés. Un modèle commun comportant des éléments obligatoires et facultatifs est introduit afin d'améliorer la comparabilité entre les États membres. Les projets de plans doivent être soumis à la Commission pour évaluation et, sur la base de cette évaluation, la Commission peut formuler des recommandations qui devraient aider davantage les États membres à élaborer leurs plans définitifs. Les plans sont présentés dans le cadre du processus des plans nationaux intégrés en matière d'énergie et de climat (PNEC). À titre exceptionnel, cette fois, et compte tenu de l'urgence d'intensifier la rénovation des bâtiments sur la base de plans nationaux solides, le premier projet de plans est présenté d'ici décembre 2025.

2. Comment la DPEB soutiendra-t-elle l'élimination progressive des combustibles fossiles utilisés pour le chauffage dans les bâtiments?

Afin de garantir la décarbonation du secteur du bâtiment, le plan cible de l'UE en matière de climat souligne la nécessité d'éliminer progressivement les combustibles fossiles dans le chauffage d'ici à 2040. D'ici là, les émissions directes du secteur du bâtiment devront avoir diminué d'environ 80 % à -89 %. La directive révisée sur la performance énergétique des bâtiments aidera l'UE à éliminer progressivement, de manière progressive, les chaudières alimentées à partir de combustibles fossiles.

La durée de vie des systèmes de chauffage est en moyenne d'environ 20 ans. Dans le cadre de la directive sur la performance énergétique des bâtiments révisée, les chaudières autonomes alimentées à partir de combustibles fossiles ne pourront pas bénéficier d'un soutien public à partir de 2025, conformément aux recommandations du plan REPowerEU et de la communication de l'UE sur les économies d'énergie. Bien que la directive PEB révisée ne prévoie pas de date d'abandon progressif au niveau de l'UE pour l'installation de nouvelles chaudières à combustibles fossiles, elle introduit une base juridique claire pour les interdictions nationales, permettant aux États membres de fixer des exigences pour les générateurs de chaleur en fonction des émissions de gaz à effet de serre, du type de combustible utilisé ou d'une part minimale d'énergie renouvelable utilisée pour le chauffage. De nombreux États membres considèrent que ces mesures sont essentielles pour parvenir à un parc immobilier décarboné et améliorer la qualité de l'air et la santé.

En outre, les États membres devront définir, dans leurs plans de rénovation des bâtiments, leurs politiques et mesures relatives à l'élimination progressive des combustibles fossiles dans le secteur du chauffage et du refroidissement, en vue de l'élimination progressive des chaudières à combustibles fossiles d'ici à 2040.

Enfin, pour encourager le déploiement rapide de systèmes de chauffage à émissions directes nulles, les nouveaux bâtiments à émissions nulles ne doivent pas entraîner d'émissions de carbone sur site provenant des combustibles fossiles.

3. Comment l'EBPD contribue-t-il à l'augmentation des énergies renouvelables dans les bâtiments?

En plus de soutenir l'élimination progressive des combustibles fossiles provenant du chauffage dans les bâtiments, la directive révisée introduit une exigence spécifique selon laquelle tous les nouveaux bâtiments doivent être «prêts à l'énergie solaire», ce qui signifie qu'ils doivent être aptes à accueillir ultérieurement des installations photovoltaïques ou solaires thermiques sur toiture sans interventions structurelles coûteuses.

Les États membres devraient également veiller au déploiement d'installations solaires appropriées sur les grands bâtiments publics existants et les bâtiments non résidentiels existants faisant l'objet de travaux de rénovation importants ou pour lesquels un permis est requis, ainsi que sur les nouveaux parcs de stationnement sur toiture.

En outre, dans les bâtiments à émissions nulles (c'est-à-dire tous les bâtiments neufs à partir de 2030), lorsque cela est techniquement et économiquement réalisable, 100 % de la consommation annuelle totale d'énergie primaire devront être couverts par de l'énergie renouvelable produite sur place, à proximité ou par une communauté d'énergie renouvelable, de l'énergie provenant d'un réseau de chaleur et de froid efficace ou de l'énergie produite à partir de sources exemptes de carbone.

L'intégration des énergies renouvelables est également mieux mise en évidence dans les certificats de performance énergétique (CPE) ainsi que dans les passeports de rénovation des bâtiments.

4. Comment la révision de la directive PEB soutient-elle le déploiement des véhicules électriques et de l'utilisation des vélos?

Le déploiement d'infrastructures de recharge pour les véhicules électriques doit être accéléré pour accompagner l'augmentation attendue du parc de véhicules électriques sur les routes de l'UE. Le règlement sur une infrastructure pour carburants alternatifs (AFIR) fixe des objectifs pour les infrastructures de recharge ouvertes au public. Étant donné qu'une grande partie de la recharge devrait avoir lieu dans les bâtiments, la directive PEB révisée complète l'AFIR par des exigences en matière d'infrastructures de recharge et de précâblage dans les bâtiments et les parcs de stationnement adjacents, tant à domicile que sur le lieu de travail.

La directive révisée impose en outre aux États membres de simplifier, de rationaliser et d'accélérer la procédure d'installation de points de recharge et de supprimer les obstacles à l'installation de points de recharge dans les immeubles comprenant plusieurs appartements. Il existe également une nouvelle exigence concernant les points de recharge afin de soutenir la recharge intelligente et, le cas échéant, la recharge bidirectionnelle, ce qui est également conforme à la directive sur les énergies renouvelables. Grâce à une recharge intelligente, les voitures peuvent être facturées lorsque les prix de l'énergie sont bas ou lorsque les énergies renouvelables sont abondantes. Au fur et à mesure de l'évolution de la technologie, il sera également possible de réinjecter de l'électricité dans le réseau et d'utiliser la batterie automobile comme installation de stockage. La recharge intelligente facilite l'intégration des énergies renouvelables telles que l'énergie éolienne et solaire dans le réseau et contribue à décarboner le système énergétique. Enfin, la directive révisée remédie à un autre obstacle important à la mobilité durable — l'absence de stationnement sûr pour les vélos — en introduisant des exigences relatives aux emplacements de stationnement pour vélos dans les bâtiments neufs et rénovés et dans les grands bâtiments non résidentiels existants.

5. Quelles sont les normes minimales de performance énergétique et quels bâtiments s'appliqueront-elles?

De manière générale, les normes minimales de performance énergétique sont des exigences pour que les bâtiments existants satisfassent à une certaine performance énergétique dans le cadre d'un vaste plan de rénovation d'un parc immobilier ou à un point de déclenchement sur le marché (vente, loyer, don ou changement de destination au sein du cadastre ou du cadastre ou du cadastre), pendant une période ou à une date déterminée, ce qui déclenche la rénovation de bâtiments existants. Ils sont déjà utilisés dans certains États membres.

La directive PEB révisée établit l'introduction progressive de normes minimales de performance énergétique uniquement pour les bâtiments non résidentiels, afin de déclencher la rénovation des bâtiments les moins performants. Ces normes seront fondées sur des seuils maximaux de performance énergétique et conduiront à la rénovation des 16 % de bâtiments non résidentiels les moins performants d'ici à 2030 et des 26 % de bâtiments non résidentiels les moins performants d'ici à 2033. Les États membres disposeront d'une marge de manœuvre pour exempter plusieurs catégories de bâtiments, sur la base d'une évaluation coûts-avantages défavorable ou en raison de la catégorie de bâtiment et de la manière dont le bâtiment est utilisé, par exemple pour les bâtiments historiques et patrimoniaux. Les États membres sont également tenus d'établir, dans le cadre de leurs plans nationaux de rénovation des bâtiments, une trajectoire permettant de respecter les seuils maximaux de performance énergétique inférieurs d'ici à 2040 et 2050.

Pour les bâtiments résidentiels, les normes minimales de performance énergétique resteront un outil facultatif pour parvenir à l'amélioration nécessaire de la performance énergétique du parc immobilier. Les États membres adopteront une trajectoire nationale pour réduire la consommation moyenne d'énergie primaire du parc immobilier résidentiel d'au moins 16 % d'ici à 2030 et de 20 à -22 % d'ici à 2035, en laissant une grande marge de manœuvre pour décider des mesures à appliquer et à quels bâtiments. Néanmoins, les bâtiments les moins performants, définis comme les 43 % du parc immobilier présentant la performance énergétique la plus faible, devront être rénovés en priorité. En ce qui concerne les bâtiments résidentiels, les États membres devront veiller à ce qu'au moins 55 % des améliorations de la performance énergétique soient réalisées grâce à la rénovation des bâtiments résidentiels les moins performants, pour lesquels les rénovations présentent généralement le meilleur rapport coût-efficacité.

6. Comment la directive révisée sur la performance énergétique des bâtiments contribue-t-elle à renforcer la transparence en ce qui concerne la performance énergétique des bâtiments?

Les certificats de performance énergétique (CPE) sont un outil essentiel pour évaluer la performance de nos bâtiments. La révision comprend des mesures visant à rendre les CPE plus clairs, plus fiables et plus visibles, et à les baser sur un modèle commun dans l'ensemble des 27 États membres de l'UE avec un certain nombre d'indicateurs sur l'énergie et les émissions de gaz à effet de serre, ainsi que des indicateurs facultatifs sur les points de recharge ou sur la présence de contrôles fixes de la qualité de l'air intérieur. Cela profitera aux propriétaires, acheteurs et locataires de bâtiments, aux institutions financières et aux pouvoirs publics.

Les mécanismes de contrôle et la visibilité de la publicité immobilière sont améliorés, et les États membres doivent rendre compte publiquement du processus d'assurance qualité des EPC.

Dans le cadre du CPE révisé, il y aura une échelle de A à G commune. La notation «A» correspondra aux bâtiments à émissions nulles, tandis que la notation «G» correspond aux bâtiments les moins performants de chaque pays, les autres bâtiments du pays étant répartis entre les différentes classes. Cela permettra un système plus clair et plus simple de classification des bâtiments, facilitant l'accès au financement, tout en étant flexible et adaptable aux caractéristiques nationales du parc immobilier. Les États membres auront également la possibilité de définir une classe de performance énergétique «A +» correspondant aux bâtiments qui ont une performance énergétique encore meilleure que les bâtiments à émissions nulles et qui produisent chaque année plus d'énergie renouvelable sur place que la quantité d'énergie qu'ils consomment.

Les CPE devront être émis et présentés à plus de seuils de déclenchement qu'aujourd'hui, y compris en cas de rénovation importante et de renouvellement d'un contrat de location, afin de sensibiliser les propriétaires et locataires de bâtiments.

La refonte de la directive PEB comprend également des exigences communes concernant la mise en place de bases de données nationales sur la performance énergétique des bâtiments, l'accès à ces bases de données et la publication d'informations agrégées. Cela permettra d'améliorer la disponibilité et la qualité des informations et de faciliter le travail des autorités publiques et des institutions financières, afin de stimuler les rénovations dans toute l'Europe.

Des systèmes de passeport de rénovation des bâtiments seront également mis en place dans tous les États membres afin de fournir des feuilles de route de rénovation fiables et personnalisées aux propriétaires de bâtiments prévoyant une rénovation par étapes de leur bâtiment.

7. Y aura-t-il suffisamment de fonds pour les rénovations énergétiques?

Les rénovations énergétiques des bâtiments paient elles-mêmes au fil du temps, en générant des économies sur les factures énergétiques. Toutefois, il existe actuellement toute une série d'obstacles susceptibles de dissuader les propriétaires de logements de procéder à des rénovations énergétiques, ce qui expose les propriétaires et les locataires à des factures énergétiques élevées et plus vulnérables aux hausses des prix de l'énergie. C'est particulièrement vrai pour ceux qui vivent dans les bâtiments les moins performants, qui sont aussi souvent ceux qui disposent de moins de capitaux pour financer des améliorations de la performance énergétique.

La directive révisée garantira ainsi un soutien accru aux ménages vulnérables et mettra davantage l'accent sur les bâtiments pour lesquels les rénovations sont les plus rentables, ce qui permettra de réaliser les économies les plus importantes. Un bâtiment très moins performant peut consommer jusqu'à 10 à 15 fois plus d'énergie qu'un bâtiment à émissions nulles.

Les plans nationaux de rénovation des bâtiments doivent permettre le déploiement de financements suffisants au niveau national et contribuer à mobiliser des investissements privés à grande échelle. Les États membres sont tenus d'inclure une vue d'ensemble des politiques et mesures nationales visant à autonomiser et à protéger les ménages vulnérables, à atténuer la précarité énergétique et à garantir le caractère abordable des logements, conformément également aux recommandations de la Commission récemment publiées pour lutter contre la précarité énergétique.

Avec une estimation de plus de 100 milliards d'euros provenant de financements de l'UE pour soutenir les rénovations entre 2023 et 2030, la Commission contribue également à mobiliser davantage de fonds nécessaires pour couvrir les coûts d'investissement initiaux. Le financement de l'UE provient de plusieurs sources, dont les Fonds de la politique de cohésion, InvestEU, les prêts de la Banque européenne d'investissement, le sous-programme LIFE «Transition vers une énergie propre», Horizon Europe, y compris le partenariat «Bâtit for People», la facilité ELENA, le Fonds pour la modernisation et la facilité pour la reprise et la résilience, en particulier grâce aux initiatives phares fortes «Renovate» et aux chapitres consacrés à REPowerEU dans les plans nationaux pour la reprise et la résilience. Il est essentiel que le nouveau Fonds social pour le climat établi dans le cadre du pacte vert pour l'Europe mobilise 86,7 milliards d'euros pour la période 2026-2032 pour soutenir les ménages et les microentreprises vulnérables, les rénovations énergétiques constituant l'un des deux domaines prioritaires (avec les transports) sur les mesures structurelles.

Afin de permettre une combinaison efficace de financements publics et privés, la Commission a également rendu l'encadrement des aides d'État plus favorable aux besoins des normes minimales de performance énergétique à l'échelle de l'UE, en particulier le règlement général d'exemption par catégorie.

La révision devrait également contribuer à mobiliser le soutien des institutions financières. La directive charge la Commission d'élaborer un cadre global pour le portefeuille à utiliser volontairement par les établissements financiers, en vue de soutenir une augmentation des volumes de prêts pour la rénovation des bâtiments. L'accèsfacilité et réglementé des établissements financiers aux données du CPE devrait également faciliter le financement des rénovations par l'intermédiaire d'institutions financières privées.

8. Comment la révision de la directive PEB traite-t-elle les émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie?

Les émissions dues à la fabrication de matériaux, au transport, à la construction, à l'entretien et à la déconstruction d'un bâtiment sont connues sous le nom de «carbone intrinsèque». Les émissions de carbone liées à la phase d'utilisation du bâtiment sont des émissions de carbone «opérationnelles». Faire de bons choix en matière de pratiques et de matériaux de construction efficaces peut avoir un effet considérable sur les émissions de carbone tant opérationnelles que intrinsèques.

Les nouvelles règles prennent plusieurs mesures positives pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie des bâtiments. En effet, les émissions de GES tout au long du cycle de vie devront être calculées et divulguées au moyen d'un CPE pour tous les bâtiments neufs à partir de 2030, afin d'informer les citoyens et les entreprises. En outre, les États membres devront adopter des feuilles de route nationales et fixer des objectifs pour réduire ces émissions tout au long du cycle de vie.

9. Comment la révision de la DPEB favorisera-t-elle une meilleure qualité de l'air intérieur et de l'environnement intérieur?

Les États membres conserveront la compétence de réglementer la qualité de l'environnement intérieur et devront définir les conditions d'intérieur à maintenir dans les bâtiments afin de garantir des conditions saines. La directive PEB révisée soutient des normes élevées en matière d'environnement intérieur en exigeant que les nouveaux bâtiments non résidentiels à émissions nulles soient équipés de dispositifs de mesure et de contrôle pour surveiller et réglementer la qualité de l'air intérieur. C'est également le cas pour les bâtiments faisant l'objet de rénovations importantes, lorsque cela est techniquement et économiquement réalisable.

Ces dispositifs contrôleront et régiront le fonctionnement des systèmes techniques de bâtiment afin de s'assurer qu'ils fonctionnent de manière optimale et offrent les conditions de qualité de l'environnement intérieur requises, tout en maintenant des niveaux d'efficacité élevés.

Les certificats de performance énergétique et l'indicateur de maturité intelligente apporteront de la visibilité aux bâtiments qui disposent de systèmes de contrôle et de surveillance de la qualité de l'environnement intérieur.


Cette page a été traduite par traduction automatique. Revenir à la langue d’origine. La Commission européenne n’assume aucune responsabilité pour la qualité et l’exactitude de cette traduction automatique.


Environnement et MobilitéF.F.F.Adoption d'une directive sur la performance énergétique des bâtiments pour réduire les factures énergétiques et réduire les émissions

Mots clés

Articles recommandés

Union européenne de la santé: plus solide et mieux préparée pour l'avenir. Explications.