Poids lourds en Wallonie : la redevance kilométrique adaptée au 1er juillet 2023

Au 1er juillet 2023, les tarifs de la redevance kilométrique poids lourds applicable sur le réseau (auto)routier sont adaptés. La redevance des véhicules les plus impactants augmente. Ces recettes supplémentaires financeront des investissements additionnels pour le réseau routier (développement de services complémentaires aux usagers, diminution des nuisances issues du réseau, ...), et permettront de pallier à la hausse des budgets nécessaires pour assurer la qualité du réseau en lien avec l'évolution récente des matériaux et de l'énergie.

Concrètement, les nouvelles redevances kilométriques pour poids lourds s'établissent comme suit, selon la masse maximale autorisée et la classe d'émission EURO :


Euro0
Euro1
Euro2
Euro3
Euro4
Euro5
Euro6
"MMA train" supérieure à 3,5 t et inférieure à 12 t
0,104
0,104
0,104
0,104
0,078
0,064
0,052
"MMA train" supérieure à 12 t et inférieure ou égale à 32 t
0,201
0,201
0,201
0,201
0,175
0,161
0,149
"MMA train" supérieure à 32 tonnes
0,230
0,230
0,230
0,230
0,204
0,190
0,178

Ces tarifs sont calculés sur la base du principe de recouvrement des coûts de construction et d'entretien relatifs au réseau soumis au péage. Ils font l'objet d'une réévaluation périodique sur base d'une analyse des flux de trafic enregistrés.

Des recettes pour des nouveaux projets

Cette adaptation des tarifs par la Sofico en Wallonie, similaire à celle pratiquée par la Région flamande en juillet 2020, générera des recettes additionnelles estimées à 40 millions d'euros en base annuelle, intégralement réinvesties dans l'entretien et la réhabilitation du « réseau structurant » dont elle opère la gestion, soit l'ensemble des autoroutes de Wallonie et ses principales nationales, environ 2.700 kilomètres de voiries.

Au budget 2023 du Pôle routier de la SOFICO, la recette liée à la redevance kilométrique poids lourds s'établit à 320 millions d'euros tandis que les dépenses cumulées d'entretien et de réhabilitation de l'infrastructure s'élèvent quant à elles à 410 millions d'euros. Il était donc nécessaire de revoir les tarifs.

Au niveau des projets, cette hausse de recettes permettra de financer les investissements suivants, inscrits au plan stratégique "PIMPT 2020 - 2027" :

  • La réhabilitation des couches supérieures des voiries (budget complémentaire dévolu aux raclages-poses) ;
  • La limitation des nuisances générées par le réseau (budget complémentaire dévolu au déploiement et à la réhabilitation de dispositifs antibruit) ;
  • L'amélioration des services aux usagers (budget complémentaire dévolu aux équipements des aires autoroutières).

Par ailleurs, cette adaptation au 1er juillet 2023 permet de refléter dans les tarifs les hausses de coûts non intégralement répercutées via l'indexation intervenue le 1er janvier 2023, telles que :

  • l'augmentation du prix de certains matériaux utilisés pour l'entretien et la réhabilitation des infrastructures (dérivés pétroliers, bitumes, bétons,...) ;
  • l'augmentation du prix de l'énergie qui permet notamment le fonctionnement d'éléments indispensables en termes de sécurité routière : éclairage, ventilation des tunnels, feux tricolores, panneaux à messages variables, caméras, connexions télécoms, ....

La hausse du coût de la main d'œuvre nécessaire à ces opérations avait quant à elle été reflétée dans les tarifs via le mécanisme d'indexation annuelle précité.

En savoir plus sur la redevance kilométrique

Mots clés

Articles recommandés

L'inflation atteint 4,9% en mai comme en avril.

Lutte contre la criminalité organisée: résultat des actions menées à l'échelle de l'UE ?

Focus sur le rapport annuel 2023 du SPF Justice ...