Dans presque 1 entreprise sur 3, pas d’élections sociales en mai

Les syndicats doivent désigner des candidats aux élections sociales au plus tard le jour X+35, jour clé de la procédure. Dans presque 1 entreprise sur 3, aucun candidat n’a été trouvé pour les élections sociales ou le nombre de candidats est inférieur au nombre de mandats à remporter et ces personnes sont issues d’un seul syndicat. Les procédures dans ces entreprises sont donc interrompues.

C’est ce qu’il ressort d’une analyse de l’entreprise de services RH Acerta Consult sur la base des données de 605 entreprises belges.

Il existe quatre catégories de travailleurs, chacune d’entre elles pouvant désigner ses propres candidats, conformément à certaines règles juridiques. C’est en particulier chez les cadres et les jeunes travailleurs (moins de 25 ans le jour des élections) qu’il n’y a pas de candidats ou qu’il y en a très peu. De nombreuses interruptions doivent également avoir lieu concernant les employés. C’est surtout parmi les ouvriers que de nombreux candidats ont été présentés, qui plus est issus de différents syndicats. Le jour des élections révélera donc principalement quels ouvriers de quel syndicat obtiendront un siège dans l’un des organes de consultation sociale.

Donatienne Knipping, experte en élections sociales chez Acerta Consult, explique :

« Les élections sociales permettent à quelque 2,5 millions de travailleurs d’élire les représentants syndicaux qui siégeront au Comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT) et au Conseil d’entreprise (CE) de leur employeur. Ces organes sont importants, car ils permettent aux collaborateurs d’aborder les politiques de bien-être et de sécurité avec leur employeur (CPPT) ou d’être informés de la situation financière et économique de l’entreprise (CE). La principale raison de l’absence de candidats est que dans les petites entreprises, un bon modèle de concertation est déjà en place entre l’employeur et les travailleurs. Ces concertations sont généralement informelles. Il n’y aura pas d’élections sociales cette année dans les entreprises où aucune liste de candidats n’a été présentée ou dans lesquelles le nombre de candidats présentés est inférieur au nombre de mandats à remporter. Par conséquent, aucun Conseil d’entreprise ni Comité pour la prévention et la protection au travail ne doit être créé dans les entreprises sans candidats. Dans le second cas, les candidats sont élus de plein droit. »

À propos des chiffres

Les données proviennent d’une analyse reflétant l’état des listes de candidats introduites auprès d’Acerta Consult le vendredi 29 mars, Les syndicats avaient jusqu'au 31 mars pour soumettre leurs candidatures.


Mots clés

Articles recommandés

L'inflation atteint 4,9% en mai comme en avril.

Solidarité :pourquoi ne pas encourager le don de sang via les entreprises ?

Focus sur le rapport annuel 2023 du SPF Justice ...