Pour la première fois depuis des années, l'absentéisme de courte durée est en baisse

Les absences au travail de courte durée (< 1 mois) diminuent pour la première fois – l’absentéisme de moyenne durée en hausse – l’absentéisme de longue durée reste stable

C'est ce qui ressort de l'analyse par SD Worx des données salariales anonymes de plus de 800.000 travailleurs travaillant chez plus de 23.000 employeurs.

Un Belge sur trois (31 %) n'a pas été absent un seul jour pour cause de maladie de courte ou moyenne durée en 2023, ce qui constitue une amélioration par rapport à 2022 (29 %). L'absentéisme de moyenne durée (entre 1 mois et 1 an) augmente en nombre de jours ; cependant, il n'y a pas plus de travailleurs absents à moyen terme (13%). En moyenne, les Belges n'ont pas été malades plus souvent qu'en 2022 (la fréquence étant 1,73 fois par an). Le nombre moyen de jours est passé de 12,7 en 2022 à 12,1 en 2023. Certains secteurs sont plus sous pression que d'autres : dans le top 10 en 2023, on retrouve les soins à domicile, les sociétés de chèques de service et l'assistance en escale dans les aéroports


L'absentéisme de courte durée diminue pour la première fois

Les absences de courte durée (< 1 mois) ont diminué en 2023 par rapport à 2022. C'est la première fois en 10 ans. Avec 3,24 %, la perte de jours de travail n'est pas encore redescendue en dessous du niveau de 2021 et des années précédentes, où elle était restée inférieure à 3 %.

Bruxelles et la Flandre affichent des chiffres similaires de 3,25 % et 3,24 %. En région wallonne, la moyenne est de 3,14 %. La diminution est la plus importante à Bruxelles (-6,9 %), suivie par la Flandre (-6,3 %). Il est intéressant de noter que l'absentéisme de courte durée est le plus faible chez les 45-54 ans (3,1 %), mais que la diminution par rapport à l'année dernière est la plus forte chez les 30-35 ans (-8,2 %). La baisse est également plus importante chez les employés (-6,8 % contre -5,3 % chez les ouvriers). En outre, les employés ont également le taux d'absentéisme le plus bas (2,85 % en 2023).

Dans l'ensemble, 6,30 % des journées de travail ont été perdues en raison de congés de maladie (absences d'une durée maximale d'un an).

Mots clés

Articles recommandés

Focus sur le rapport d’entreprise 2023 de la BNB

Questions et réponses sur la directive révisée sur la performance énergétique des bâtiments (DPEB)