​L'Olympe budgétaire européenne

De manière plutôt discrète, les autorités européennes remettent en avant les barrières budgétaires concernant la dette publique, qui ne doit pas dépasser la valeur de référence de 60 % du produit intérieur brut (PIB), et le déficit public qui ne doit pas excéder la valeur de référence de 3 % du PIB.

Tout cela semble déconnecté de la réalité, alors que le coût du vieillissement de la population commence à submerger les finances publiques et que d’immenses investissements publics doivent être réalisés dans de nombreux domaines, tels que l'énergie et la réhabilitation environnementale.

Mais alors, pourquoi ces règles ? N'importe quel économiste, de l'extrême gauche à l'extrême droite, ayant quelques rudiments de calcul, dirait qu'elles sont impossibles à respecter.

C'est sans doute le sommet d’une technocratie olympienne au sein de laquelle les dieux décident de la vie des peuples.

Quel est le risque, au-delà du fait que des restrictions budgétaires pourraient ruiner les États ? C’est celui de voir les citoyens rejeter l'Europe et d'attribuer à tort à ces instances la source de tous les maux sociétaux.

Et certains se demanderont pourquoi les États-Unis ont opté pour une politique de profond déficit budgétaire et d'endettement public. Bien sûr, le dollar est la monnaie de référence mondiale.

Mais l'erreur européenne serait de renouer avec une vision austère et protestante des finances publiques qui, entre 2009 et 2012, a failli anéantir toute la zone euro. Durant ces années, l’euro s’était trop apprécié, contribuant à la récession qui avait accompagné la crise des subprimes et la crise des dettes souveraines.

Aujourd'hui, il ne faut pas un euro fort, pour plusieurs raisons : Trump va tout faire pour affaiblir le dollar et mettra en œuvre une politique tarifaire qui pénalisera les exportations européennes , s’il est élu, et puis un euro fort contribuera probablement à la désindustrialisation européenne.

Mots clés

Articles recommandés

À la recherche de 20 milliards …

Perspectives énergétiques de la Belgique à politique annoncée

Union européenne de la santé: plus solide et mieux préparée pour l'avenir. Explications.