La moitié des télétravailleurs se sentent connectés à leurs collègues - Mais un sur trois ne l’est pas

Télétravail connecté : 36% des travailleurs aimeraient avoir plus de contacts avec les collègues - un sur cinq (20%) aimerait avoir plus de contacts avec son manager

19 septembre 2022

Les télétravailleurs peuvent se sentir connectés à leurs collègues. La moitié des Belges (51,3%) ne perdent pas le contact avec leurs collègues même s’ils sont en télétravail alors qu’un sur trois (34,8 %) affirme le contraire . 36% disent souhaiter avoir malgré tout plus de contacts avec leurs collègues, mais 37% déclarent le contraire. La situation est différente lorsqu'il s'agit d’un contact direct avec son manager :une personne sur cinq (19%) souhaiterait en avoir plus. Ceci ressort d’une étude internationale de SD Worx menée dans 10 pays, auprès de plus de 1.000 Belges actifs.

Le besoin de plus de contacts sociaux est personnel

Un Belge sur trois (30%) ne ressent pas le besoin de plus voir ses collègues au bureau. À cet égard, nous nous situons au même niveau que la France et les pays nordiques (Finlande, Danemark, Norvège). En Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni, les chiffres sont encore plus élevés. Nous observons également le même phénomène dans d'autres pays. Les travailleurs ont des attentes différentes. Il y a d’ailleurs une propotion équivalente de travailleurs qui aimeraient être au bureau cinq jours par semaine avec leurs collègues.

​Source: SD Worx 2022

Un Belge sur cinq souhaiterait également avoir plus de contacts avec son manager. Ce chiffre est comparable à celui des Français, des Italiens et des Espagnols qui télétravaillent. Ce n'est qu'en Finlande que ce groupe est plus petit, avec moins de 15%. Ailleurs en Europe, un quart des employés aimeraient voir davantage leur manager.

Katleen Jacobs, Business Manager HR Advisory de SD Worx : "Le télétravail où les travailleurs se sentent connectés : cela existe bel et bien. La moitié des télétravailleurs ne perdent pas le contact avec leurs collègues. Hélas une personne sur trois ressent un manque de contact avec ses collègues et près de quatre télétravailleurs sur dix souhaiteraient avoir plus de contacts avec leurs collègues. Les attentes sont également différentes lorsqu'il s'agit du contact avec le manager. Une personne sur trois ressent moins de conseils de la part de son superviseur à distance. Un bon leadership s'adapte au travail hybride, tient compte des différences de ses collaborateurs et établit des liens. Les jours de bureau préférés sont le mardi et le jeudi, suivis du mercredi, mais le groupe le plus important n'a pas de préférence (38%).[1]"

Les managers sont davantage sous pression en cas de télétravail

Près de six salariés belges sur dix (57,2 %) déclarent ne pas avoir de problèmes mentaux à cause du télétravail. Ce phénomène est plus prononcé dans les organisations comptant jusqu'à 50 employés et celles comptant 250 employés ou plus. Pourtant, près d'une personne sur cinq (19,9 %) se dit susceptible de l'être. Cette proportion est plus élevée chez les managers : plus d'un quart d'entre eux (27,5%) souffrent de problèmes mentaux. Il est important d'en être conscient.

"Une personne sur cinq connaît des problèmes mentaux lorsqu'elle travaille à distance. C'est une tâche supplémentaire à laquelle les managers doivent être attentifs. C'est pourquoi il faut également surveiller les managers eux-mêmes : près de la moitié d'entre eux (46,6%) manquent de contacts avec leurs collègues et subissent une pression mentale (27,5%). Les managers pourraient également bénéficier d'un soutien, car ils peuvent jouer un rôle important dans le lien qui unit l’entreprise". Katleen Jacobs de SD Worx le sait.

1 travailleur sur 3 veut des conseils pour le télétravail

Beaucoup ont dû appliquer le télétravail de manière très intensive en raison de la pandémie du Covid. Pourtant, en 2022, il y a toujours une demande de conseils et d'orientation à ce sujet. Par exemple, 1 employé sur 3 (29%) en Belgique indique qu'il serait ouvert à recevoir plus de conseils sur le télétravail de la part de son organisation. En Espagne (40%), en Italie (34%) et en Norvège (33%), les employés sont encore plus nombreux à poser la question. La demande de tips est plus fréquente chez les managers en Belgique (40%) que chez les non -managers(25%).

"Les chiffres montrent que les travailleurs ont des besoins différents en matière de contacts sociaux, avec leurs collègues et leurs supérieurs. Tout le monde ne le gère pas de la même manière", déclare Bruce Fecheyr-Lippens, Chief People Officer chez SD Worx. "Nous recommandons donc de développer une politique de télétravail basée sur trois piliers : productivité, connexion et compétence. Et prenez en compte l'individu et l'équipe, tout le monde est différent. En tant qu'organisation, examinez quels sont les groupes pour lesquels le télétravail offre un avantage en termes de productivité et dans quelle mesure les employés et les managers disposent des compétences adéquates pour bien gérer le télétravail. Le besoin de contact avec les collègues n'est pas le même pour tous. Un bon contact garantit une plus grande implication dans l'organisation de la part des collaborateurs. Les accords sur la manière de rester en contact avec les collègues - que faites-vous par e-mail, par message ou à quelle fréquence vous les consultez via des calls - sont une nécessité absolue pour pouvoir organiser le travail confortablement."

À propos de l’enquête

L’enquête a été menée en mars 2022 en Belgique, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Espagne, en Italie, en Norvège, en Finlande et en Suède. Au total, 10.119 travailleurs ont été interrogés. L’échantillon est représentatif des marchés de l’emploi spécifiques locaux et présente la même composition selon le sexe, l'âge et le diplôme par rapport à la population active au sein des pays concernés.

Dans le cadre de la guerre pour le talent, SD Worx a mené une enquête en collaboration avec iVox sur la manière dont les travailleurs européens gèrent leur travail. L’enquête se concentre sur l’attractivité de l’employeur dans la guerre pour le talent, où l’on a examiné ce que les collaborateurs recherchent chez un employeur et ce sur quoi les employeurs se concentrent pour être/devenir un employeur attrayant. L’étude aborde 7 pièces du puzzle avec lesquelles les employeurs peuvent se mettre à l’œuvre : bien-être et RH axées sur l’humain, organisation du travail flexible, politique salariale motivante, culture inspirante et stimulante, poste de travail numérique, gestion des talents dans des carrières et un recrutement durable.

[1] 2022 : Les Belges souhaitent travailler 50% du temps à domicile | SD Worx

Mots clés

Articles recommandés

La Belgique, c'est aussi cela…? Et c’est merveilleux!

La prime d’innovation : une récompense pour les travailleurs innovants

​États-Unis : la trahison de la classe ouvrière par les élites.