Accompagner les PME et les entrepreneurs pour bâtir une économie solide et résiliente

Alors que les conditions monétaires se durcissent et que les mesures de soutien budgétaire prennent fin, le nombre de faillites augmente. Comment aider les PME à bâtir un avenir plus résilient, plus écologique et davantage tourné vers le numérique ?

Les ministres chargés des petites et moyennes entreprises (PME) et de l'entrepreneuriat ont approuvé une nouvelle Déclaration de l'OCDE visant à renforcer les politiques en faveur des entreprises nouvelles et petites, en leur donnant les moyens de tirer pleinement parti de leur potentiel dans le cadre d’efforts plus vastes destinés à bâtir une économie mondiale plus résiliente et plus écologique et d’avantage tournée vers le numérique.

Les PME restent sous pression en raison des effets conjugués de l’incertitude économique résultant de la guerre d’agression que la Russie poursuit contre l’Ukraine, des effets persistants de la pandémie de COVID-19 et d’autres tensions géopolitiques qui pèsent lourdement sur les PME et les entrepreneurs, lesquels représentent 99 % de l’ensemble des entreprises et emploient les deux tiers des travailleurs du secteur privé. Les aides publiques temporaires ont joué un rôle essentiel dans la protection des moyens de subsistance des entrepreneurs et des salariés des PME. Toutefois, alors que les conditions monétaires se durcissent et que les mesures de soutien budgétaire prennent fin, le nombre de faillites augmente et les PME se retrouvent à nouveau en danger.



OCDE (2023), OECD SME and Entrepreneurship Outlook 2023, Éditions OCDE, Paris, https://doi.org/10.1787/342b8564-en.

Télécharger vers: EndNote, Zotero, BibTeX, RefWorks, Procite, Import into RefWorks, Mendeley

Read on line - Download in pdf -Buy this book

Dernière version en fr (2021)

L'édition 2023 des Perspectives de l’OCDE sur les PME et l’entrepreneuriat (Eng) montre que de nombreuses PME peinent à recruter sur un marché du travail tendu et doivent faire face à des niveaux d’endettement plus élevés qu’avant la pandémie. Les difficultés de financement pour des investissements indispensables pourraient avoir de lourdes conséquences sur la reprise écologique et numérique, illustrant d’autant plus l’importance de la nouvelle Recommandation de l’OCDE sur le financement des PME pour débloquer de nouveaux types de financement - y compris capital-risque, financement participatif et autres sources de capitaux d’investissement.

« Les PME et les entrepreneurs représentent des moteurs essentiels de l’économie, de la croissance et de l’innovation », a déclaré M. Mathias Cormann, Secrétaire général de l’OCDE. « Pour les aider à saisir toutes les opportunités tout en affrontant plus efficacement les nombreux défis qui les attendent, les gouvernements doivent soutenir des politiques qui renforcent leur résilience face aux chocs, tirent parti du potentiel inexploité des entrepreneurs en puissance et offrent un cadre propice à l’optimisation de leurs contributions. »

Il faut également agir pour mobiliser tous les talents disponibles en s’attaquant aux obstacles qui freinent l’entrepreneuriat dans les groupes sous-représentés, notamment les femmes et les jeunes, ce qui pourrait ainsi contribuer à libérer le potentiel de quelque 35 millions d’entrepreneurs dans les pays de l’OCDE.


Il convient par ailleurs de soutenir les PME dans leurs efforts de réduction des émissions de carbone. Les PME représentant entre 37 % et 41 % de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre produites par les entreprises dans l’Union européenne, la neutralité carbone n’est pas possible sans elles. Les PME - en particulier les start-ups et les entreprises à forte croissance - investissent toujours plus dans des solutions technologiques qui contribueront à faire avancer les efforts en faveur de l’économie verte : une start-up sur 30 est une start-up verte. Pour accélérer ce mouvement, les pouvoirs publics devront abaisser les obstacles au développement de compétences vertes, améliorer l’accès des PME et des start-ups aux financements et rapprocher les petites entreprises des réseaux de connaissances, notamment les universités et les grandes entreprises.

Les PME peuvent aussi jouer un rôle plus important dans la transition numérique, mais elles sont freinées par un déficit de compétences digitales. La part des PME utilisant des services infonuagiques (« cloud computing ») a doublé en moins de six ans, mais seulement 20 % des petites entreprises ont utilisé des commandes en ligne en 2021, contre 34 % des grandes entreprises, tandis que seulement 45 % des petites entreprises disposent du haut débit, contre 81 % des grandes.

L’édition 2023 des Perspectives de l’OCDE sur les PME et l’entrepreneuriat contient 38 profils pays qui apportent des éclairages sur les performances des PME et les tendances de l’entrepreneuriat dans les pays de l’OCDE, et présentent les cadres d’action nationaux en faveur des PME et de l’entrepreneuriat, ainsi que les initiatives récentes des pouvoirs publics visant à stimuler une économie des PME plus productive et plus dynamique.

Pour plus d’informations au sujet des travaux de l’OCDE sur les petites et moyennes entreprises : http://www.oecd.org/cfe/smes/.

Source: OCDE, presse, juin 2023

Mots clés

Articles recommandés

Digital Decade de l'Europe : des objectifs numériques pour 2030

35,4 % des entrepreneurs continuent à travailler tant qu’ils le peuvent. Raison principale : l'aspect financier !

Appels frauduleux concernant la cybersécurité des PME : ne tombez pas dans le piège !