Application du Digital Service Act à toutes les plateformes en ligne dans l'UE : ce qui va changer pour les utilisateurs, les entreprises et les plateformes ?

Le 17 février, la législation sur les services numériques, le corpus réglementaire historique de l'UE, qui vise à rendre l'environnement en ligne plus sûr, plus équitable et plus transparent, commence à s'appliquer à tous les intermédiaires en ligne dans l'UE.


Quelle incidence pour les utilisateurs, les entreprises et les plateformes ?


Source : Commission Européenne, "Quels sont les principaux objectifs de la législation sur les services numériques ? "

À partir de demain, les règles de la législation sur les services numériques s’appliquent à toutes les plateformes en ligne auxquelles les utilisateurs ont accès dans l’UE. Les utilisateurs, les États membres et les plateformes peuvent désormais utiliser les outils prévus par la législation sur les services numériques pour façonner un monde en ligne plus sûr et plus transparent. Il s’agit d’une étape importante qui reflète nos valeurs et principes fondamentaux de l’UE.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive pour une Europe adaptée à l’ère du numérique

Depuis le 17 février, la législation sur les services numériques commence à s’appliquer à toutes les plateformes en ligne de l’UE. Nous sommes pleinement mobilisés pour garantir la mise en œuvre intégrale de la législation sur les services numériques et nous encourageons tous les États membres à tirer le meilleur parti de notre nouveau corpus réglementaire. L’application effective de la législation est essentielle pour protéger nos citoyens contre les contenus illicites et faire respecter leurs droits.

Thierry Breton, commissaire au marché intérieur


Nouvelles responsabilités pour les plateformes et les utilisateurs autonomes

Toutes les plateformes en ligne dont les utilisateurs se trouvent dans l'UE, à l'exception des petites et microentreprises employant moins de 50 personnes et dont le chiffre d'affaires annuel est inférieur à 10 millions d'euros, doivent mettre en œuvre des mesures visant à :

  • Lutter contre les contenus, biens et services illicites: les plateformes en ligne doivent fournir aux utilisateurs les moyens de signaler les contenus illicites, y compris les biens et les services. De plus, les plateformes en ligne devront coopérer avec les «signaleurs de confiance», entités spécialisées dont les notifications devront être prioritaires par les plateformes.
  • Protéger les mineurs: y compris l'interdiction totale de cibler les mineurs au moyen de publicités fondées sur le profilage ou sur leurs données à caractère personnel.
  • Donner aux utilisateurs des informations sur les publicités qu'ils voient, telles que les raisons pour lesquelles les publicités leur sont présentées et la personne qui a payé la publicité.
  • Interdire les publicités qui ciblent les utilisateurs sur la base de données sensibles, telles que les convictions politiques ou religieuses, les préférences sexuelles, etc.
  • Fournir des exposés des motifs à un utilisateur concerné par une décision de modération de contenu, par exemple la suppression de contenus, la suspension de comptes, etc., et télécharger l'exposé des motifs dans la base de données sur la transparence de la législation sur les services numériques.
  • Donner aux utilisateurs accès à un mécanisme de plainte pour contester les décisions de modération de contenu.
  • Publier un rapport sur leurs procédures de modération de contenu au moins une fois par an.
  • Fournir à l'utilisateur des conditions générales claires et inclure les principaux paramètres sur la base desquels fonctionnent leurs systèmes de recommandation de contenu.
  • Désigner un point de contact pour les autorités, ainsi que pour les utilisateurs.

Outre les plateformes en ligne, la législation sur les services numériques s'applique également aux services d'hébergement (par exemple, les services en nuage ou les systèmes de noms de domaine, les services de base qui relient les utilisateurs aux adresses internet demandées), ainsi qu'aux intermédiaires en ligne (par exemple, fournisseurs de services internet ou domaine). Les services d'hébergement et les intermédiaires en ligne sont soumis à un sous-ensemble d'obligations au titre de la législation sur les services numériques.

Depuis la fin du mois d'août 2023, le règlement sur les services numériques s'applique déjà aux très grandes plateformes en ligne (très grandes plateformes en ligne) et aux moteurs de recherche désignés en avril 2023 (avec plus de 45 millions d'utilisateurs mensuels en moyenne). Trois autres plateformes désignées comme très grandes plateformes en ligne en décembre 2023 ont jusqu'à la fin du mois d'avril pour se conformer aux obligations les plus strictes prévues par la législation sur les services numériques. Toutefois, ils devront se conformer aux obligations générales de la législation sur les services numériques à partir de demain.

Coordinateurs pour les services numériques dans les États membres

Les plateformes qui ne sont pas désignées comme des très grandes plateformes en ligne ou des très grands moteurs de recherche en ligne seront supervisées au niveau des États membres par un régulateur indépendant agissant en tant que coordinateur national pour les services numériques (DSC). Il appartiendra aux DSC de veiller à ce que ces plateformes respectent les règles. Les DSC superviseront et feront appliquer la législation sur les services numériques pour les plateformes établies sur leur territoire.

Dans la pratique, les coordinateurs pour les services numériques :

  • Être le premier port d'escale pour les plaintes des utilisateurs concernant des infractions à la législation sur les services numériques commises par n'importe quelle plateforme, y compris les très grandes plateformes en ligne et les très grands moteurs de recherche en ligne. Le cas échéant, le coordinateur pour les services numériques transmet la plainte au coordinateur pour les services numériques de l'État membre d'établissement de la plateforme, le cas échéant, accompagnée d'un avis.
  • Certifier les mécanismes de recours extrajudiciaires existants permettant aux utilisateurs de traiter les plaintes et de contester les décisions de modération de contenu.
  • Évaluer et attribuer le statut de signaleur de confiance à des candidats appropriés ou à des entités indépendantes qui ont démontré leur expertise en matière de détection, d'identification et de notification de contenus illicites en ligne.
  • Traiter les demandes d'accès aux très grandes plateformes en ligne et aux données des très grandes plateformes en ligne pour des recherches spécifiques. Les DSC examineront les chercheurs et demanderont l'accès aux données en leur nom.
  • Être doté de pouvoirs d'enquête et d'exécution solides, afin de garantir le respect de la législation sur les services numériques par les fournisseurs établis sur leur territoire. Elles seront en mesure d'ordonner des inspections à la suite d'une infraction présumée à la législation sur les services numériques, d'infliger des amendes aux plateformes en ligne qui ne respectent pas la législation sur les services numériques et d'imposer des mesures provisoires en cas de préjudice grave pour la sphère publique.

Le Comité européen des services numériques

Les coordinateurs pour les services numériques et la Commission formeront un groupe consultatif indépendant, le comité européen pour les services numériques, afin de veiller à ce que la législation sur les services numériques soit appliquée de manière cohérente et à ce que les utilisateurs dans l'ensemble de l'UE jouissent des mêmes droits, quel que soit le lieu d'établissement des plateformes en ligne.

Le comité sera consulté sur l'application de la législation sur les services numériques et fournira des conseils sur les questions qui se posent en rapport avec la législation sur les services numériques et pourra contribuer à l'élaboration de lignes directrices et d'analyses. Il contribuera également à la surveillance des très grandes plateformes en ligne et des très grands moteurs de recherche en ligne et publiera des rapports annuels sur les principaux risques systémiques et les bonnes pratiques en matière d'atténuation de ces risques.

Le conseil se réunira pour la première fois le 19 février 2024.

Prochaines étapes

En mars 2024, la Commission a l'intention d'adopter des lignes directrices sur les mesures d'atténuation des risques pour les processus électoraux. Une consultation publique sur l'acte délégué relatif à l'accès aux données est attendue en avril, avec adoption d'ici juillet et entrée en vigueur en octobre 2024. En mai, la Commission prévoit d'adopter un acte d'exécution sur les modèles de rapports de transparence. Deplus amples informations sur le calendrier provisoire figurent en annexe.

Plus d'informations ?

Législation sur les services numériques — page politique

Législation sur les services numériques — Mémoire en bref

Législation sur les services numériques — page d'information


Incidence des nouvelles règles pour les utilisateurs, les entreprises et les plateformes

Utilisateurs

En savoir plus sur les nouvelles règles pour les utilisateurs

Entreprises

En savoir plus sur les nouvelles règles pour les entreprises

Plateformes

En savoir plus sur les nouvelles règles pour les plateformes

Cette page a été traduite par traduction automatique. Revenir à la langue d’origine. La Commission européenne n’assume aucune responsabilité pour la qualité et l’exactitude de cette traduction automatique.


Mots clés

Articles recommandés

Focus sur le rapport d’entreprise 2023 de la BNB

Questions et réponses sur la directive révisée sur la performance énergétique des bâtiments (DPEB)