Quels sont les deux principaux enjeux électoraux selon les entreprises belges ? Le pouvoir d’achat des travailleurs et la pénurie de main-d’œuvre !

Augmenter le pouvoir d’achat des travailleurs sans imposer de coûts supplémentaires aux entreprises et remédier à la pénurie de main-d’œuvre : tels sont les deux enjeux électoraux les plus importants selon les dirigeants d’entreprise de notre pays. À l’approche des élections, les entreprises réclament principalement un allègement de la charge administrative ainsi qu’une stratégie forte pour accélérer le retour au travail des malades de longue durée, et ce, afin d’atténuer la pénurie de main-d’œuvre.

C’est ce que révèle une enquête d’Acerta Consult menée auprès de 450 entreprises.

Les principaux enjeux des élections selon les employeurs belges

Aux yeux des employeurs belges, la rémunération et l’emploi constituent les deux thèmes électoraux les plus importants. 62,4 % des dirigeants d’entreprise interrogés estiment en effet que l’augmentation du pouvoir d’achat des travailleurs, sans augmentation des coûts pour les entreprises, devrait être l’enjeu économique majeur de ces élections. Rien d’étonnant, puisqu’il s’agit du plus grand défi auquel sont confrontées les entreprises en ce moment. Sur la deuxième marche du podium, nous retrouvons la question des pénuries de main-d’œuvre et des professions en pénurie, un point essentiel à améliorer sous la prochaine législature, d’après 53,7 % des employeurs interrogés. Enfin, l’amélioration de la qualité de l’enseignement (45,9 %) et l’engagement en faveur du travail faisable (40 %) arrivent en troisième et quatrième position.


Illustration 1 : Enquête Acerta Pulse réalisée en mars 2024, pourcentage de personnes ayant indiqué cette option

L’augmentation du pouvoir d’achat, mais sans augmentation des coûts salariaux

Kathelijne Verboomen, directrice du Centre de connaissances d’Acerta Consult, explique : « Il n’est en rien surprenant de constater que la rémunération et le pouvoir d’achat constituent les principales préoccupations des entreprises. Il est donc tout à fait logique qu’elles considèrent ces enjeux comme une priorité absolue à laquelle le prochain gouvernement devra s’atteler. Du côté des employeurs, il s’agit des frais salariaux, et du côté des travailleurs, du pouvoir d’achat. Les employeurs souhaiteraient voir la situation s’améliorer dans ces deux domaines, mais sans que les entreprises ne doivent en supporter le coût. »

Moins de charges administratives, moins de malades et une formation adaptée afin d’éradiquer la pénurie de main-d’œuvre

La pénurie de main-d’œuvre sévit depuis des années. Pour que davantage de leurs postes soient pourvus, les employeurs souhaiteraient voir les procédures administratives simplifiées, notamment en matière d’engagement de travailleurs flexi-job. Les dirigeants d’entreprise réclament également des solutions pour que les malades de longue durée regagnent plus rapidement le chemin du travail, ainsi que des formations de meilleure qualité et mieux ciblées, qui soient en adéquation avec le marché de l’emploi.


Illustration 2 : Enquête Acerta Pulse réalisée en mars 2024, pourcentage d’accord et entièrement d’accord

L’absentéisme pour cause de maladie reste important en dépit de l’engagement en faveur du travail faisable

Kathelijne Verboomen conclut : « Le problème des malades de longue durée dans notre pays est directement lié à la pénurie de main-d’œuvre et au travail faisable. En effet, cela représente 500 000 personnes, soit plus que le nombre de chômeurs. Les chiffres demeurent donc élevés, et ce, malgré les trajets de réinsertion et même les amendes infligées aux entreprises dont le nombre de malades de longue durée est supérieur à la moyenne. Bien que les employeurs aient fait du travail faisable une véritable priorité, en développant le travail à domicile et les solutions de mobilité et accords en matière de déconnexion y afférents, en s’engageant en faveur de l’autonomie et de l’implication de leurs travailleurs et en investissant dans leur développement personnel et leur croissance, leurs efforts n’ont pour l’instant pas permis de réduire le nombre de malades dans leurs rangs. Or, une réussite dans ce domaine pourrait être synonyme d’avancée majeure. Elle aurait un impact positif sur notre économie mondiale, notre sécurité sociale et notre bien-être général, mais aussi individuel. »


À propos des chiffres

Acerta se base sur des données issues de ses propres chiffres, d’enquêtes, de questionnaires et de recherches externes. Pour connaître les défis que les employeurs belges aimeraient voir relever par le(s) prochain(s) gouvernement(s) sur le plan politique, Acerta Consult a mené une enquête Pulse auprès d’employeurs de différents secteurs et de différentes tailles. Il s’agit de courts questionnaires qu’Acerta Consult déploie régulièrement pour évaluer rapidement les problèmes et les questions d’actualité qui préoccupent les employeurs. Acerta Consult reste ainsi à l’écoute des besoins des employeurs.

L’enquête Pulse a été menée auprès de 447 employeurs de différents secteurs, régions et tailles.

Mots clés

Articles recommandés

L'inflation atteint 4,9% en mai comme en avril.

Le budget 2025 de l'UE vise à renforcer le financement des priorités de l'Europe

Masp – AES est disponible !