Actualité

Les entrepreneurs de l’ère post-Covid: moins préparés mais plus confiants

Le cabinet d’études de marché et de conseils en marketing IntoTheMinds a publié les résultats préliminaires du sondage réalisé auprès de 634 créateurs d’entreprises en Belgique. Cette étude vise à analyser la dynamique entrepreneuriale dans notre pays et les motivations des entrepreneurs belges dans l'ère post-Covid.


Les statistiques de créations d’entreprises en Europe montrent que la crise du Covid n’a pas découragé les entrepreneurs de se lancer. Un sondage réalisé sur 634 créateurs d’entreprises belges montre que leur confiance est au plus haut. Pourtant ils sont moins expérimentés, font moins appel à l’accompagnement extérieur et délaissent les financements publics. Cette étude très large permet en outre d’apprécier d’autres changements intervenus depuis mars 2020 comme par exemple le remplacement des financements publics par les aides privées.


LES RÉSULTATS EN BREF
  • Le niveau de confiance des personnes ayant lancé leur entreprise après Mars 2020 est en forte hausse. Les « entrepreneurs du Covid » sont 12 points plus confiants dans l’avenir et 14 points plus sûrs de la réussite de leur entreprise que ceux ayant lancé leur entreprise avant mars 2020.
  • Les motivations pour créer son entreprise ne changent pas fondamentalement avec le Covid. La recherche d’autonomie et de flexibilité était la motivation de 45,5% des entrepreneurs avant la crise. Elle le reste pour 43% depuis mars 2020.
  • Depuis la crise du Covid, en Belgique, les créateurs d’entreprises font moins appel aux aides publiques (-10 points) et plus au financement privé (+4 points). La proportion d’aides publiques inférieures à 5000€ a doublé (+29 points), alors que celles de moins de 5000€ dans le financement privé a diminué de 14 points.
  • Le profil des entrepreneurs qui se sont lancés depuis mars 2020 est moins expérimenté. On constate une augmentation de 5 points de la part des entrepreneurs ayant moins d’un an d’expérience professionnelle, et une diminution équivalente de ceux qui en ont plus de 20.
    la part des employés qui ont lancé leur entreprise a augmenté de 7,5 points (à 59,6%) alors que celle des chômeurs a baissé de 5 points (à 18,2%)
  • Les entrepreneurs de l’ère post-Covid sont plus diplômés. La part des titulaires d’un diplôme de 1er, 2ème ou 3ème cycle monte à 67,5%, en hausse de près de 7 points par rapport à la période pré-covid.
  • Depuis mars 2020, les entrepreneurs sont encore moins nombreux à se faire accompagner pour le lancement de leur entreprise. Le pourcentage de créateurs non accompagnés passe de 31,8% à 38,5%. Le comptable reste le référent n°1 de plus d’un tiers des créateurs d’entreprises.
  • Depuis la crise du COVID, les créateurs d’entreprises font plus appel à un soutien financier privé (21% contre 17%)
  • Le montant de ce financement privé a tendance à augmenter. La part des aides privées de moins de 5000€ passe de 57% à 43%.
  • Le recours à des dispositifs de financements public est en net recul (-10 points). Avant la crise, 73% des créateurs d’entreprises se lançaient sans faire appel à ce mode de financement. Depuis la crise du Covid ils sont 83% à s’en passer.
  • Parmi ceux qui ont obtenu des aides publiques, les montants inférieurs à 5000€ sont ceux dont la proportion a le plus augmenté (57% contre 28% avant la crise). Ceci s’est fait au détriment des aides plus importantes (entre 5000€ et 20000€)

Les résultats complets au format pdf peuvent être téléchargés sur leur site (voir en bas de l'article)


Source : 1819.brussels

Mots clés